Le blog d’AdmiNet

Accueil > Billets > Championnat international de chasse sous terre

Championnat international de chasse sous terre

lundi 8 mai 2006

Du jeudi 25 Mai au samedi 27 Mai doit se tenir dans l’Allier « le championnat international de chasse sous terre ».

Les textes

Le déterrage des blaireaux par des chiens est prévu par les textes. La vénerie sous terre ouvre du 15 septembre au 15 janvier mais le préfet peut autoriser une période maximum complémentaire du 15 mai jusqu’au 15 septembre et cet acte administratif n’est pas considéré comme abusive par le tribunal administratif si cette " période complémentaire n’affecte pas sensiblement l’équilibre biologique de l’espèce".

Un arrêté de janvier 2005, signé du ministère de l’Écologie et du Développement durable fixe les conditions applicables à la "réalisation d’entraînements, de concours et d’épreuves de chiens de chasse " valable pour le déterrage, pendant la période et les jours d’ouverture de la chasse décidés pour l’espèce considérée, en recueillant l’autorisation des propriétaires des terrains.

La Ligue ROC réagit

En ce qui concerne l’espèce :

Même à supposer qu’il y ait une population quantitativement importante, un tel déploiement d’équipages et toutes les prises qui vont avoir lieu sont de nature à réduire son effectif de façon importante. Près de 40 équipages sont attendus et chacun d’eux se verra attribuer un terrier occupé. Selon les organisateurs, pour qu’un concours se déroule dans de bonnes conditions, les terriers habités ne doivent pas être trop distants l’un de l’autre ... C’est donc un ratissage en règle qui va avoir lieu.

En ce qui concerne les petits :

Les petits naissent de janvier à février mais et restent avec leur mère jusqu’à l’âge de 7 mois. Conclusion la période d’élevage des jeunes n’est pas terminée quand le concours a lieu ; et il va donc semer une perturbation majeure dans les terriers. C’est l’occasion de rappeler que tout mammifère est un être sensible. Et que si tout mauvais traitement à animal captif est réprimé, les animaux de la faune libre ne bénéficient pas de la même protection. D’un point de vue éthique, cette pratique est condamnable.
Chacun dispose des éléments à connaître pour se forger une opinion. Quant à notre Ligue, elle est intervenue auprès de la préfecture, nous avons toujours contesté la méthode et plus que jamais estimé que cette pratique cruelle devrait cesser et ne plus jamais donner lieu à un concours.


Voir en ligne : Communiqué de la ligue ROC