Le blog d’AdmiNet

Accueil > Europe > Faire avancer l’Europe

Faire avancer l’Europe

mercredi 10 janvier 2007

Le gouvernement fédéral a discuté avec la Commission européenne des priorités de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. L’énergie, la Constitution européenne et la réduction de la bureaucratie ont été au cœur de cette discussion. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a souhaité à la présidence allemande de connaître le même esprit d’euphorie que la Coupe du monde de football.

"Nous avons constaté de part et d’autre une grande détermination à faire avancer l’Europe", a déclaré la chancelière fédérale Angela Merkel à l’issue de l’entretien, avant de préciser qu’il était néanmoins apparu clairement qu’une seule présidence ne pouvait pas résoudre tous les problèmes.

Progresser dans le domaine de la protection du climat et de la sécurité de l’approvisionnement énergétique

La politique de l’énergie et la protection du climat ont joué un rôle important à cette occasion. "Nous mettrons tout en oeuvre afin que l’Europe apparaisse comme un continent qui avance avec audace dans ce domaine", a affirmé Mme Merkel.

Elle a insisté sur l’occasion qui se présente, dans le cadre de la présidence allemande du G8, de soumettre au cycle du G8 une position européenne concertée en matière de protection du climat.

Concernant l’arrêt des livraisons de pétrole russe, Mme Merkel a critiqué le fait qu’il n’y ait eu aucune consultation en amont.

Et d’ajouter : "Cet événement montre l’importance de la sécurité énergétique. Il était juste d’inscrire ce sujet à l’ordre du jour de la présidence allemande. Nous ne parviendrons pas à sécuriser notre approvisionnement en énergie sans agir par nous-mêmes, sans renforcer la concurrence dans le domaine de l’énergie, améliorer l’efficacité énergétique, développer les énergies renouvelables, et sans diversification et indépendance."

La Constitution, un gros morceau

La chancelière fédérale a redit vouloir élaborer avant la fin de la présidence un calendrier précisant la marche à suivre pour la Constitution. "C’est un gros morceau. Pour y arriver, il nous faudra la coopération de tous les États membres", a-t-elle noté.

M. Barroso a affirmé se réjouir que l’Allemagne considère la Constitution comme une mission clé pour les six mois à venir. "Dans une Europe à 27 États membres, nous avons besoin d’autres instruments que par le passé. Nous devons adapter nos institutions aux nouvelles données", a-t-il constaté.

Réduire la bureaucratie

Durant sa présidence, le gouvernement fédéral s’engagera également à soutenir le "mieux légiférer" au sein de l’Union européenne. "La Commission européenne et la présidence du Conseil de l’Union européenne réfléchiront ensemble aux possibilités de réduire les coûts administratifs, en particulier pour les petites et moyennes entreprises", a déclaré Mme Merkel. Elle a ajouté qu’il s’agissait là d’une importante contribution pour une plus forte croissance en Europe.

La Commission soumettra à ce sujet des propositions qui seront également discutées au mois de mars lors du Conseil européen de printemps. Mme Merkel a dit espérer que des propositions correspondantes y seraient adoptées.

Entraîner les citoyennes et les citoyens

M. Barroso a plaidé pour rapprocher l’Union européenne de ses citoyens : "L’élargissement, par exemple, est une réussite pour l’Allemagne." Il a généré des emplois dans ce pays.

Le président de la Commission européenne s’est adressé dans leur langue aux Allemands. Il a dit en substance : "Le mot d’ordre de la présidence est ’Ensemble, nous réussirons l’Europe.’ C’est vrai car l’Europe est un projet pour tous. L’Europe contribue à votre liberté, à votre sécurité et à votre prospérité. Durant les six mois prochains, nous avons l’intention de continuer de l’améliorer. Aidez-nous !"

Selon la tradition, au début de chaque présidence du Conseil de l’Union européenne, le gouvernement du pays qui exerce cette fonction pour six mois rencontre le collège de la Commission européenne. Cette réunion est destinée en priorité à définir ensemble la façon dont pourra s’organiser cette présidence.

Les membres du gouvernement fédéral et de la Commission européenne se sont répartis en 16 groupes de travail. Dans le cadre de ces différents groupes de travail, ils ont discuté ensemble des thèmes du programme de travail de la présidence allemande.


Voir en ligne : Communiqué de la présidence allemande