Le blog d’AdmiNet

Accueil > Billets > Internet et le Tsunami conférence de Phil Noble lundi 21 mars 2005 Issy les (...)

Internet et le Tsunami conférence de Phil Noble lundi 21 mars 2005 Issy les Moulineaux

vendredi 4 mars 2005

Comment l’Internet et les nouvelles technologies ont-elles été utilisées après la catastrophe du tsunami ? Quel a été leur impact dans l’élan de générosité qui a suivi ? Auraient-elles pu sauver des vies ?

Un peu moins de trois mois après la catastrophe qui a frappé l’Asie du Sud-Est, Phil Noble, fondateur du portail américain "PoliticsOnline", expliquera, lundi 21 mars, au cours d’une conférence organisée dans le cadre de l’action de solidarité en faveur de la reconstruction que lance Issy au mois de mars, l’importance prise par les Technologies de l’Information et de la Communication dans la gestion de cette crise majeure.

Comme après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, le monde de l’Internet s’est rapidement mobilisé pour publier des informations, permettre aux familles de retrouver des proches ou accompagner l’élan de solidarité qui s’est développé à une vitesse jusqu’alors inégalée.

L’utilisation, pour la première fois, du SMS par plusieurs gouvernementaux européens pour envoyer des messages aux ressortissants disparus, illustre également l’impact qu’ont prises les technologies de l’information dans la gestion d’une crise.

Pour de nombreux observateurs, même si cela n’aurait pu éviter la catastrophe, leur utilisation en mode d’alerte aurait pu sauver des vies.

La conférence de Phil Noble s’inscrit dans la préparation du 6ème Forum Mondial de la Démocratie Electronique, qui se tiendra les mercredi 28 et jeudi 29 septembre 2005 à Issy-les-Moulineaux, au cours duquel un atelier sera spécialement organisé autour de la gestion des crises majeures par les Technologies de l’Information et de la Communication.

La conférence aura lieu lundi 21 mars 2005, de 18h00 à 19h30, en salle multimédia de l’Hôtel de Ville d’Issy-les-Moulineaux (62 rue du Général Leclerc). Entrée gratuite. En raison du nombre limité de places, l’inscription à la conférence est obligatoire.


Voir en ligne : La conférence du 21 mars 2005