Le blog d’AdmiNet

Accueil > Billets > Internet par tous par Philippe Batreau

Internet par tous par Philippe Batreau

mardi 27 juin 2006

Internet pour tous, oui, bien sûr.

L’internet pour tous avec pour objectif la promotion de l’internet, naturellement, c’est notre combat, notre leitmotiv, notre raison d’être, à l’ISOC France, à l’Association des Internautes Territoriaux, à AdmiNet et dans toutes les associations, élus, acteurs du net sur le terrain qui poursuivent un objectif similaire. Militants du net nous voulons l’accès au savoir pour le plus grand nombre.

Cela suppose le multilinguisme, du volontarisme dans les politiques publiques, le développement des infrastructures, les échanges sur les pratiques, les usages, l’interopérabilité des processus et données, la mise en place de standards, la lutte contre la fracture numérique, le net à l’école ...
Cette liste n’est pas exhaustive et chacun saura quoi y rajouter.

L’internet par tous est la prochaine étape.

L’internet par tous est l’enjeu de la gouvernance de l’internet, que certains dont l’ISOC refuse de la voir confisquée par le gouvernement américain, voire tout autre gouvernement ou groupement de gouvernements.
Le Forum de la gouvernance de l’internet mis en place par l’ONU se réunira à Athènes du 30 octobre au 2 novembre 2006 a pour mandat de discuter et proposer autour des thèmes identifiés lors du Sommet Mondial pour la Société de l’Information.

L’internet par tous c’est une réalité qui se construit sous nos yeux par les pratiques de coproduction de contenu d’écrit public en usage dans des collectivités innovantes.
C’est la profusion des blogs, l’institution de la blogosphère comme un élément désormais incontournable de l’accès et de la production d’informations, de savoirs, connaissances, arts, culture,...

L’internet par tous ce n’est non pas les internautes qui prennent le pouvoir, mais qui le gardent et l’exercent au lieu de le confier à d’autres intermédiaires qu’eux mêmes.
C’est une déclinaison de ce que j’ai appelé l’altermédiation, la médiation alternative de l’ère réticulaire, usage provoqué par le développement de la société en réseau(x).

Nous croyons aborder la société de la connaissance quand en fait nous construisons celle de la reconnaissance, des internautes altermédiaires, qui veulent reconnaître qui bon leur semble et être reconnus. Les réseaux sociaux, les blogs et les outils de ce qui est appelé Web 2.0 sont là pour satisfaire ce besoin.

Tant au niveau de la gouvernance, qui nous semble si éloigné, que des usages de proximité c’est en devenant par tous que l’internet deviendra pour tous.