Le blog d’AdmiNet

Accueil > Billets > Manifeste en faveur du Très haut débit pour tous (V 2.0)

Manifeste en faveur du Très haut débit pour tous (V 2.0)

vendredi 13 janvier 2006

Le collectif Très haut débit pour tous a remanié le Manifeste en faveur de la fibre optique jusqu’à l’abonné.

Le manifeste :


Manifeste pour une fibre optique jusqu’à l’abonné

1. Comment allons-nous travailler demain ? Comment allons-nous échanger entre nous à l’avenir ? Comment nos enfants vont-ils apprendre dans 10 ans ? Par l’Internet, à la condition de pouvoir disposer de très haut débit par fibre optique, seul canal capable de fournir les débits qui répondent à l’explosion des usages d’aujourd’hui (échanges de photos, son et vidéo, publication en ligne, ...), et à ceux de demain.

Dire qu’un réseau de fibre optique est inutile parce que ces usages n’existent pas encore est un contresens : c’est le débit qui permettra aux utilisateurs d’inventer les fonctionnalités et les services de demain. Nous sommes d’accord, une infrastructure de qualité est juste un préalable indispensable à une bonne utilisation, pas une fin en soi.

Pour passer à cet Internet de nouvelle génération, pour disposer de très haut débit, il faut adopter des supports résolument modernes autorisant ces débits. Il faut quitter les fils de cuivre pour adopter la fibre optique jusqu’à l’abonné.

2. Aucune autre technologie filaire n’est aussi puissante, fiable, et pérenne sur le long terme que la fibre optique. Ce n’est pas le cas des autres technologiques filaires en fin de vie qu’il faudra remplacer à échéance de 3, 5 ou 8 ans.

Ce saut technologique, des pays comme la Chine, la Corée, les pays scandinaves, les Pays-Bas, le Japon ou les Etats-Unis sont en train de le réussir. Ils risquent donc de créer avant nous des marchés équipés en très haut débit. Leurs populations d’utilisateurs leur permettront d’inventer et d’innover avant nous. Et nous condamnerons à être des suiveurs, des acheteurs de leurs technologies, de leurs services et de leurs équipements.

Car ces infrastructures de très haut débit pour tous est aussi un enjeu économique. Elle sont le support indispensable pour développer les nouvelles technologies que nous voyons poindre : informatique ambiante, robotique domestique, applications bioinformatiques, nanotechnologies.

3. Opter pour le très haut débit pour tous par fibre optique est simplement un choix stratégique. Une prise de conscience qui doit rassembler tous les acteurs : l’Etat, les collectivités locales, les entreprises voire des associations ou des coopératives.

Nous sommes conscients de l’ampleur et de l’ambition de ce projet. Et donc du besoin de libérer toutes les énergies privées et publiques pour atteindre ce but. Son enjeu est tel qu’il nécessite une vaste prise de conscience nationale.

Nous, signataires de ce manifeste, individus, associations ou entreprises, voulons le développement de réseaux de fibre optique jusque chez l’abonné,
Du très haut débit maintenant mais pas dans n’importe quelles conditions.
Nous voulons :

* Un réseau de fibre optique pour tous. L’Internet n’est plus un luxe mais le canal privilégié pour les communications, l’acquisition de savoirs, les échanges. La fibre optique doit donc, à court terme, desservir toute la population (fibre jusqu’à l’abonné) et pas seulement quelques zones industrielles ou quelques bâtiments publics.

* Un réseau « très haut débit symétrique » sur toute sa longueur. Les usages sont symétriques. Créer du contenu "lourd" est devenu très simple et un simple appareil photo numérique crée des fichiers de quelques Mégaoctets. Or transférer 100 Mo de photos n’est pas quelque chose de simple actuellement. Un réseau symétrique permettra de faire gagner du temps à tous les abonnés d’un réseau : entreprises, collectivités, particuliers.

* Un réseau neutre, indépendant et ouvert à la concurrence. L’Internet est ouvert, riche de sa complexité et de sa diversité. C’est sa nature : il s’est constitué par l’accumulation progressive de petits et grands réseaux de toutes natures, interconnectés.

La vision d’un grand réseau unique déployé et géré par un seul opérateur est archaïque, totalitaire et inadaptée à la création d’activité.
Les infrastructures doivent être neutres et indépendantes car la propriété ou la gestion matérielle du réseau ne doit pas devenir un moyen de régulation du trafic.
Les infrastructures doivent être ouvertes à la concurrence, seul gage d’innovation et de baisse des tarifs. Les monopoles, publics ou privés, font avancer les innovations au seul rythme de leur titulaire.
Ce qui n’empêche pas une régulation par l’Etat, en particulier pour éviter les doublons de réseaux.
* Un réseau accessible à tous les opérateurs. Il faut permettre à tous les opérateurs de service et fournisseurs d’accès à Internet, quelle que soit leur taille, d’utiliser les infrastructures de fibre optique existantes (France Telecom et les autres opérateurs, SNCF, autoroutes, etc.) et, si nécessaire, d’utiliser les infrastructures de fourreaux pour le passage des fibres.
Les propriétaires de réseaux de fibre « longue distance » doivent permettre aux réseaux locaux de se connecter aux grandes dorsales de fibre optique. Les autoroutes sont utiles si elles sont connectées aux routes départementales.

Le collectif treshautdebit.net


Pour signer le manifeste :
http://www.treshautdebit.net/petition.php


Voir en ligne : Très Haut Débit pour Tous