Le blog d’AdmiNet

Accueil > Economie immatérielle > Thierry BRETON reçoit le rapport Levy-Jouyet sur l’économie de (...)

Thierry BRETON reçoit le rapport Levy-Jouyet sur l’économie de l’immatériel

lundi 4 décembre 2006

L’économie de l’immatériel - La croissance de demain

Maurice Levy, président du groupe Publicis et Jean-Pierre Jouyet, chef du Service de l’Inspection générale des Finances, ont remis ce matin à Thierry Breton, ministre de l’Économie, des finances et de l’industrie, le rapport de la Commission sur l’économie de l’immatériel, qu’ils ont présidée.

« L’immatériel est aujourd’hui le facteur clef de croissance des économies développées », ont déclaré M. Lévy et J-P Jouyet, en soulignant que la capacité intellectuelle, la connaissance, l’imagination, l’innovation et la recherche sont aujourd’hui au cœur de la création de richesses. Tout en rappelant que la France dispose « d’atouts majeurs » dans cette nouvelle économie, ils ont invité les pouvoirs publics à « prendre la mesure des bouleversements » liés à l’émergence de l’immatériel. Dans son rapport, la Commission appelle à « changer de réflexes », « changer d’échelle » et « changer de modèle », et formule 70 recommandations précises, afin de faire de la France « un leader de l’immatériel ».
Dans son discours, Thierry Breton a vivement remercié et félicité la Commission pour la qualité de ses travaux, estimant qu’ils redonnent une nouvelle frontière et un nouvel espoir à la croissance française.

Rappelant qu’il ne se satisfait pas d’une croissance potentielle de 2 à 2,5 % par an, il a déclaré partager le constat selon lequel l’immatériel est le facteur de croissance « le plus prometteur, le plus porteur, le plus essentiel » de l’économie post-industrielle : « Porter notre croissance potentielle entre 3 et 4 % par an, c’est possible ! » a-t-il lancé.

Le ministre a insisté sur « le travail de pédagogie » à faire pour que tous nos concitoyens et tous les acteurs économiques et politique s’emparent de ces opportunités décisives pour l’avenir de la France : « L’économie de l’immatériel, l’économie de la connaissance, je la conçois comme une économie nouvelle autour de quatre mots clefs, les « quatre T » : le Talent, la Technologie, le nouveau rapport au Temps et les nouveaux Territoires », a-t-il expliqué, relevant que dans l’économie de l’immatériel, « tout va plus vite », et que l’immatériel dessine « un espace de réseaux sans frontières et de nouveaux territoires de croissance à conquérir autour de la connaissance et du savoir ».

Thierry Breton est ensuite revenu sur les réformes structurelles à poursuivre pour notre pays, afin de tirer le meilleur parti de ce moteur décisif de croissance et d’emploi. Il a enfin indiqué qu’il prendrait dès les prochaines semaines des premières initiatives concrètes dans le prolongement des recommandations de la Commission, en prenant deux premiers exemples : la modernisation en profondeur du label du « made in France » et le souhait de l’émergence d’un nouveau pôle de compétitivité du logiciel libre et de l’open source.

Appelant à ne pas « se tromper de débat » en matière économique dans la perspective des échéances électorales de 2007, Thierry Breton a conclu : « Ce rapport montre de manière éclatante que le débat politique le plus essentiel pour notre pays à ce moment de notre histoire, ce n’est pas notre modèle social, c’est notre modèle de croissance ».


Voir en ligne : Le rapport de la commission - pdf