Le blog d’AdmiNet

Accueil > Billets > Isoc France, pour un chapitre acteur agissant de la gouvernance de (...)

Isoc France, pour un chapitre acteur agissant de la gouvernance de l’internet

par Philippe Batreau

jeudi 1er janvier 2009, par Le blog d’AdmiNet

L’Isoc France vient de traverser une grave crise qui a remis en cause son fonctionnement, son management et les moyens d’interagir avec les adhérents, cela devra être pris en compte par la nouvelle équipe.

Je me présente

- en tant qu’usager, soucieux de la préservation d’un certain nombre de droits et conscient de ses obligations. Le juste équilibre doit être trouvé entre le respect de la vie privée, des données personnelles et les impératifs de sécurité, le respect de la propriété intellectuelle et des lois et règlements en général. L’ISOC France de la loi DADVSI à « Création et Internet » a su faire entendre sa voix et doit poursuivre en ce sens ;

- en tant que chef d’entreprises, pour un réel plan de développement de l’économie numérique, l’incitation à une politique publique de l’internet dans les domaines de l’éducation, de l’industrie, de la recherche, de l’innovation et prospective ;

- en tant que militant de toujours de ce qui me tient à cœur, permettre l’accès du plus grand nombre à internet, un internet pour tous et par tous, pour une politique de réduction des inégalités numériques tant au niveau des infrastructures que des usages ;

- en tant que membre de l’ISOC soucieux des enjeux de la gouvernance de l’internet, pour une diffusion de sa connaissance, une prise de conscience des problématiques, pour ne pas subir le bon vouloir des monopoles et construire l’internet que nous voulons dans le respect des valeurs qui fondent notre éthique.

Chapitre français d’une organisation mondiale à l’origine de l’internet l’Isoc France porte la responsabilité de son histoire, la charge de cette représentation et le devoir d’en assumer la responsabilité tant vers le public que les entreprises, la société civile et les pouvoirs publics.

C’est conscient de cette charge que la nouvelle équipe redevra donner aux adhérents l’envie d’en rester partie prenante et attirer avec des statuts plus appropriés de nouveaux membres tant du monde de l’entreprise que du grand public ou de la société civile.


Je viens d’apprendre et regrette que l’on ait pas cru nécessaire d’ouvrir les débats sur une liste de discussion dédiée où électeurs et candidats pourraient débattre.

C’est la première fois que j’assiste à un non-débat en matière d’élections à l’ISOC France, la censure a priori.

Il est toujours possible me dit on de faire des commentaires sur le blog privé de l’ISOC France avec un compte rendu récapitulatif quotidien par le groom de service.

On croit rêver devant une décision qui n’a pas été discutée par ce qui reste du conseil d’administration.

Messages

  • Je reviens sur ce billet concernant l’élection à l’ISOC France.

    Nous sommes un certain nombre qui a priori ne partageant pas les vues et méthodes des prétendus refondateurs à considérer qu’une élection sans débat, sans discussion autre que ce gadget qu’est le commentaire de blog est une plaisanterie.

    Je suis encore abasourdi que l’on ait pu prendre une telle décision, à laquelle bien sûr je n’ai pas été associé, ne sachant pas s’il faut l’attribuer à la bêtise ou à la volonté de na pas avoir de débat.

    Philippe Batreau