Accueil > Billets > Philippe Batreau : "Admipedia est un wiki administratif et citoyen"

Philippe Batreau : "Admipedia est un wiki administratif et citoyen"

par Ariane Beky - Neteco.com

Editeur d’AdmiNet.fr France, fondateur de la société Epistrophe, trésorier démissionnaire de l’Internet Society France (ISOC France), Philippe Batreau dévoile son nouveau projet : Admipedia, le wiki administratif et citoyen.

AB - Phlippe Batreau, bonjour. Pouvez-vous rappeler les points forts de votre parcours professionnel ?

PB - J’ai découvert internet alors que j’étais fonctionnaire territorial, juriste dans le domaine des collectivités territoriales. Depuis mon adolescence l’engagement associatif a toujours été présent. En 1997, j’ai créé l’Association des internautes territoriaux, l’AIT, première association des professionnels des collectivités locales sur le Net. L’objectif de l’AIT est de promouvoir les pratiques administratives par voie électronique. Le courrier électronique, qui est la règle aujourd’hui, était alors une exception. En 1999, l’AIT a organisé les premières rencontres des internautes territoriaux qui réunissaient pionniers et curieux d’alors.

La même année, à l’issue de mon contrat j’ai créé ma société, Epistrophe, et travaille pour l’un des premiers portails pour les collectivités locales, Marianne Village. Epistrophe est aujourd’hui spécialisée dans le référencement, l’hébergement, l’enregistrement noms de domaine et le formation. La socociété s’adresse tant au secteur public (collectivités locales, établissements publics, ministères) qu’au secteur privé, aux particuliers et aux associations. Des relations de confiance se sont établies vers ces différents clients au cours des années.

En 2000, j’ai rejoins l’initiative AdmiNet, fondé par Christian Scherer qui m’a confié AdmiNet France, site web administratif et citoyen. Par ailleurs, dans le prolongement de l’esprit de l’AIT, j’ai rejoins le chapitre français de l’Internet Society (ISOC France) dont la devise « internet pour tous et par tous », résume le sens de mon engagement. Il reste à faire de l’ISOC France le lieu naturel des acteurs de l’internet en France. D’autres projets verront le jour à partir de la rentrée 2008, de l’univers professionnel au domaine, plus large, de la gouvernance de l’internet.

AB - En juillet 2008, vous avez lancé un nouveau projet, Admipedia, un wiki administratif et citoyen lié à AdmiNet. Pouvez-vous préciser les objectifs et les moyens d’Admipedia ?

PB - Admipedia, dont l’unique adresse (officielle) est http://admipedia.adminet.fr a pour objectif d’être un wiki collaboratif, participatif élaboré par une communauté de contributeurs pour pouvoir être utilisé et réutilisé par des sites administratifs, publics, par des collectivités territoriales, par des citoyens ou tout internaute pour qui son contenu répond à un besoin.

Comme vous le savez, Admipedia fait explicitement référence à Wikipedia, l’encyclopédie libre et collaborative en ligne de la Fondation Wikimedia, tant par son nom que par l’outil utilisé. D’autres projets de wikis collaboratifs tels que Jurispedia ou Bibliopedia sont dans cet esprit de wiki thématique. Plutôt que de refaire X fois le même contenu sur des sites différents,

Admipedia se veut un outil non seulement collaboratif et participatif, mais également mutualisé de production des savoirs et de diffusion des connaissances. J’ajoute qu’Admipedia s’inscrit dans la démarche initiale d’AdmiNet. Ses moyens reposent sur la participation des contributeurs, jusqu’à présent la plus grande majorité est issue du service public (collectivités publiques ou autres).

Bien entendu, je compte sur des partenariats avec des établissements pouvant mettre à disposition des stagiaires, des étudiants. Le travail de ces derniers consisterait à mener à bien un projet éditorial sur Admipedia afin d’alimenter son contenu. Je lance donc ici un appel aux bonnes volontés et aux enseignants, tuteurs, établissements pouvant proposer à des étudiants un tel projet. Il importe pour que le projet fasse, à la manière de Wikipedia, boule de neige.

AB - Dans le détail, comment abordez-vous la dimension éditoriale du projet ?

PB - L’appel à contributeurs est lancé, la gouvernance du projet va se construire en marchant... Je fais confiance au réseau pour valider les contributions, quitte à instituer ultérieurement un processus, lorsqu’une masse critique de contributeurs et de contenus sera atteinte. Le contenu va s’élaborer par projet éditorial thématique : la protection sociale, le système éducatif, etc. Je donne rendez-vous dans un an, à la rentrée 2009, pour rendre compte des processus qui se seront mis en place, ayant pu constater sur des forums la capacité d’autorégulation d’une communauté virtuelle.

AB - Qu’apporte Admipedia par rapport aux sites officiels de l’administration française, dont service-public.fr ?

PB - Service-public.fr est un site exemplaire par la qualité de son contenu et de son organisation, il est reconnu ainsi de façon internationale comme le sont d’autres sites gouvernementaux d’administration électronique. Service-public.fr et d’autres site, comme celui de la Documentation française, sont pour Admipedia une référence et une source. AdmiNet et la Documentation française se connaissent bien et ont longtemps cheminé ensemble sur les autoroutes de l’information publique et citoyenne. Admipedia se place dans une autre catégorie : son fonctionnement participatif et son élaboration collaborative du contenu ne se retrouvent pas sur les sites officiels actuels.

AB - A vos yeux, comment va évoluer l’administration électronique ces prochaines années ?

PB - Le terme d’administration électronique recouvre des réalités et des acteurs bien différents.

Tout le monde n’en est pas au même niveau. Il faut distinguer l’information et l’accès aux données publiques, domaine de la Documentation française, d’AdmiNet et d’Admipedia, des services personnalisés rendus à l’usager. Dans le domaine de l’information, bien des progrès ont été accomplis depuis la période où la diffusion de l’information publique était l’exclusivité d’une société délégataire. Dans ce domaine comme dans d’autres, le problème n’est plus la rareté de l’information, mais son abondance et la pertinence, l’accès et l’organisation pour y parvenir

Un exemple, Gouvactu (http://gouvactu.adminet.fr), que j’ai mis en place en février 2008, recense, agrège et organise les flux RSS publics au niveau national et a entrepris la même démarche au niveau territorial. Admipedia s’inscrit dans cette démarche d’accès à l’information, son

organisation et sa production également. Sur le plan des services personnalisés, ce qui s’est fait en matière d’impôts sur le revenu est un autre exemple remarquable et reconnu.

La prochaine étape de l’administration électronique, ce que l’on appelle aujourd’hui « administration 2.0 », est celle de l’administration en réseau centrée sur l’usager, dans un souci de simplification. Elle demande à ce que des services d’administration de niveaux différents travaillent ensemble. C’est déjà le cas dans bien des domaines (par exemple, dans certains départements où les CAF instruisent des dossiers de RMI par exemple). Cela suppose une interopérabilité des systèmes et des données entre les différentes parties prenantes. Elle demande également à ce que les questions d’identité numérique, identification, authentification, protection des données, avancent considérablement.

Désormais, le frein au développement de l’administration électronique n’est plus technique, la technique permet de faire à peu près tout ce que l’on souhaite. Encore faut-il le souhaiter. Le frein est dans les usages qui sont encore en deçà de ce que la technique permet. Le développement de l’e-administration repose sur la volonté politique des différents acteurs d’avancer. Cela suppose formation, compréhension, concertation et élaboration de règles d’usages.

Toute initiative en matière d’administration électronique doit inclure la préoccupation de simplifier les démarches de l’usager. Il importe de lui faciliter la vie grâce à une administration devenue plus performante et davantage à son écoute. Je suis confiant en cette évolution. J’ajoute qu’Admipedia rendra l’administration plus accessible aux usagers.

AB - Philippe Batreau, je vous remercie.

reproduit de http://www.neteco.com/156824-batreau-admipedia-wiki-administratif-citoyen.html