Accueil > Billets > Renseignements téléphoniques : après le 12, la loterie des 118

Renseignements téléphoniques : après le 12, la loterie des 118

Le 28 février 2006, soit environ un mois seulement avant la fermeture des anciens numéros de renseignements téléphoniques, l’Arcep a pris une "décision"de diffusion par ces derniers d’un message de non information de l’appelant en l’absence totale de citation des numéros ouverts. En revanche, les numéros d’urgence, dont le 112, très proche de l’ancien 12, devront obligatoirement être cités. 118 Corleone ou 118 Clochemerle ?


BONNE CHANCE !

Bonne chance à tous les voyageurs francophones de passage, qui connaissaient le 12 mais pas les 118 XYZ. Bonne chance à tous les expatriés de retour provisoire ou définitif et qui n’ont pas encore subi de pression publicitaire pour se précipiter vers l’un des numéros les plus exposés. Bonne chance à tous ceux qui aiment avoir le choix. Bonne chance à tous ceux qui préfèrent une information claire et simple à une publicité opaque et complexe. Bonne chance aux personnes âgées. Bonne chance aux personnes mal entendantes. Bonne chance aux personnes fragiles. Bonne chance à tous et à toutes !

Avec un risque d’erreur variable entre 94,3% et 98% selon que l’on prend le nombre de numéros attribués (57) ou le nombre de ceux ouverts à la date de cet article (20), les heureux gagnants qui auront réussi à aboutir sur un numéro 118XYZ ouvert seront certainement dans une période de bonne chance.

Quant aux (petits ?) opérateurs de renseignements, ils ont décidé de saisir le Conseil d’Etat en référé suspension [1] pour faire procéder à la mise en conformité de la décison de l’Arcep avec les voeux du ministre de l’industrie et de tous les consommateurs qui souhaitent être informés et orientés et non pas rester soumis à la plus forte pression publicitaire et être désorientés vers des numéros d’urgence lorsqu’ils ont demandé à obtenir un numéro de renseignements téléphoniques.

Il faut une information claire et fiable. Diffuser que le numéro appelé n’existe plus sans donner la liste des numéros ouverts (par carrousel ou tout autre moyen adapté aux exigences de neutralité et d’équité) mais en donnant la liste des numéros d’urgence, c’est ne pas informer et c’est surtout déstabiliser les appelants. C’est notamment faire prendre le risque que de nombreuses personnes fragiles ou maîtrisant mal la langue française, touristes par exemple, puissent entendre le numéro d’urgence 112 qui leur sera cité comme un numéro de renseignements téléphoniques remplaçant du 12, et composent alors le 112 ou le 118 112 (gelé). Quant à ceux qui auront compris le message, il est parfaitement évident qu’ils appelleront majoritairement par réflexe l’un des fameux "numéros en or", premiers numéros de la série 118 XYZ, notamment celui racheté quelques millions d’euros par la malheureuse société qui avait été tirée au sort en dernière position le 14 juin 2005 à l’Arcep.

En bref, il s’agit bien, tel que c’est avoué par l’Arcep elle-même de "favoriser les plus méritants", c’est-à-dire structurer artificiellement le marché en oligopole avant même qu’il ne soit complètement ouvert, par une suite de décisions donnant de toute évidence satisfaction à ceux qui ont clairement exprimé que "ayant déjà eu à affronter de petits opérateurs sur d’autres marchés, il n’est pas question d’en retrouver de nouveaux en France". Quant à certains représentants de certains consommateurs, il est bien triste de les voir suivre ce chemin tortueux qui consiste à lier le montant des investissements publicitaires avec la qualité des services alors que l’expérience britannique démontre le contraire (un "petit" opérateur y est régulièrement en tête des enquêtes qualité).

Que le "carrousel" ne soit pas un mode de présentation consensuel ne devrait en aucun cas empêcher l’obligation de diffusion des numéros ouverts, comme c’est le cas sur le site de l’Arcep appels118.fr dont on ne peut d’ailleurs que s’étonner qu’il ne soit pas lui-même organisé en présentation tournante afin d’éviter la permanence des mêmes numéros en haut de la liste (il suffirait par exemple de décaler les numéros d’un cran à intervalle horaire constant). Rappelons à cet égard que Pages Jaunes a été contrainte d’organiser la vente tous les deux mois par tirage au sort des cinq premières places des rubriques Pages M d’accès aux services Minitel, notamment les services d’annuaires ce qui démontre bien l’importance de ces places de haut de liste, sans garantie aucune sur la qualité des services pour laquelle France Télécom, l’Arcep et le Conseil Supérieur de la Télématique disposent d’outils largement suffisants pour garantir celle-ci. En outre l’Arcep fait injure à l’efficacité de ses propres dispositions en laissant sous-entendre que de mauvais services pourraient se développer et se maintenir.

En attendant que le Conseil d’Etat veuille bien accéder à ces évidences et ramener l’Arcep au bon sens en lui demandant de corriger sa décision, nous vous souhaitons bonne chance au grand jeu des 118 !


Voir en ligne : Qui veut jouer à qui veut gagner un 118 ? La grande loterie des numéros inconnus ouvrira le 3 avril 2006...


[1Le SPMT s’est associé au SEIRTEL (Syndicat des Editeurs Indépendants de Renseignements Téléphoniques) et aux opérateurs membres pour saisir en référé le Conseil d’Etat. L’audience de référé suspension a été fixée au mercredi 29 mars.