Le blog d’AdmiNet

Accueil > Billets > Virus Hantavirus : Questions Réponses

Virus Hantavirus : Questions Réponses

lundi 3 septembre 2012, par Le blog d’AdmiNet

Les autorités américaines ont informé le ministère de la santé français du risque de contamination par hantavirus pour les personnes ayant visité le Curry Village du parc Yosemite en Californie.

Ce virus n’est pas transmissible par l’homme (pas de contagion d’homme à homme). La contamination se fait en respirant le virus présent dans la poussière de bois ou la terre contaminées par des déjections de rongeurs infectés. Le délai d’incubation de la maladie s’étend de 1 à 6 semaines après l’exposition. Les symptômes sont ceux d’une grippe : fièvre, maux de tête, douleurs musculaires… Les personnes présentant ces ymptômes doivent consulter rapidement leur médecin raitant en lui indiquant leur séjour au parc national.

Quelle est la situation en lien avec le virus hantavirus aux Etats-Unis ?

Le 27 août 2012, les autorités sanitaires américaines ont identifié des personnes souffrant d’une maladie pulmonaire rare, mais grave, appelée syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH) depuis juin 2012.

Ces personnes ont été contaminées après avoir séjourné dans des petites maisons de toile (« signature tent cabins ») du Curry Village au parc national de Yosemite (Californie) entre le 10 juin et le 21 aout 2012.

Les autorités sanitaires américaines ont procédé, en lien avec le parc national, à l’identification et à l’information de la majeure partie des personnes concernées, incluant les touristes français. La Direction générale de la santé recontacte les 53 familles ou groupes d’amis concernés pour s’assurer que les personnes sont en mesure de reconnaître, le cas échéant, les premiers symptômes de la maladie et leur rappeler les mesures à suivre.

Comment savoir si je suis concerné par cette alerte ?

1. Si vous avez séjourné dans des petites maisons de toile (« signature tent cabins ») du Curry Village au parc national de Yosemite (Californie) entre le 10 juin et le 21 aout 2012, vous devez surveiller tout symptômes similaires à ceux de la grippe (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, frissons) avec nausées, détresse respiratoire, hypotension jusqu’à 6 semaines après votre séjour. Si vous présentez ces symptômes, contactez rapidement le 15 ou votre médecin traitant en signalant votre séjour et une possible exposition au virus hantavirus. Normalement, si vous êtes dans cette situation, vous avez déjà du être contact avec les autorités sanitaires américaines et avec les autorités sanitaires françaises.

2. Si vous n’avez pas séjourné dans les maisons de toile du Curry Village mais avez visité le parc national de Yosemite entre le 10 juin et le 21 aout 2012 et présentez des symptômes similaires à ceux de la grippe (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, frissons) avec nausées, détresse respiratoire, hypotension jusqu’à 6 semaines après votre séjour, contactez rapidement le 15 ou votre médecin traitant en signalant votre séjour et une possible exposition au virus hantavirus.

3. Si vous n’avez pas visité le parc national de Yosemite et n’avez pas séjourné dans les maisons de toile (« signature tent cabins ») du Curry Village au parc national de Yosemite (Californie) entre le 10 juin et le 21 aout 2012, vous n’avez pas été exposé au virus hantavirus.

Qu’est-ce qu’un hantavirus ? Un hantavirus est un virus présent dans l’urine, la salive ou les excréments de rongeurs sauvages infectés. Il entraine différentes maladies dont une maladie pulmonaire rare, mais grave, appelée syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH).

Où peut-on trouver cette maladie ? Les hantaviroses sont présentes dans les deux Amériques, au printemps et en été. Depuis 1993, la Californie a rapporté un total de 60 cas dont 20 décès. Sur l’ensemble des Etats-Unis, 537 cas de SPH depuis 1993 ont été rapportés (en moyenne 30 cas/an dont 35% décèdent).

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Les symptômes du SPH se manifestent 1 à 6 semaines après l’exposition, mais le délai moyen est de 2 à 3,5 semaines. Cette maladie est grave mais ne présente pas de risque majeur dès lors qu’une prise en charge médicale est faite dès les premiers symptômes.

Elle débute par des symptômes ressemblant à ceux de la grippe : fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, frissons, associés à des nausées, détresse respiratoire, hypotension…Les personnes présentant ces symptômes et qui auraient séjourné dans le Curry village aux dates concernées doivent consulter rapidement leur médecin traitant en lui indiquant le séjour au parc national.

Comment peut-on être contaminé par hantavirus ? Les humains peuvent contracter une infection à hantavirus en inhalant des gouttelettes de salive ou d’urine en suspension dans l’air, ou des poussières d’excréments provenant de rongeurs sauvages infectés. La transmission peut également, mais beaucoup plus rarement, survenir lors d’un contact direct entre une matière contaminée et la peau non intacte (éraflée), ou encore, par ingestion d’aliments ou d’eau contaminés. Il n’y a pas de transmission interhumaine (d’homme à homme).

Comment traite-t-on le syndrome pulmonaire à hantavirus ?

Il n’existe aucun vaccin, traitement ou remède spécifique contre l’infection à hantavirus, mais une prise en charge médicale adaptée (diagnostique microbiologique et administration de soins précoces) contribuent au rétablissement du patient.

Que peut-on faire pour éviter d’être contaminé ?

Des précautions simples doivent être prises afin de diminuer le risque d’infection :

éviter les contacts directs avec les rongeurs, vivants ou morts, ou leurs excrétions ou leurs nids et porter au minimum des gants résistants et étanches en cas de manipulation de cadavres de rongeurs ;
éviter de pénétrer dans des locaux fermés ou abandonnés en forêt ;
limiter l’exposition aux poussières lors du nettoyage des locaux restés longtemps fermés ou inoccupés, susceptibles d’abriter ou d’avoir abrité des rongeurs : porter un masque, aérer et asperger d’eau (ou mieux, de désinfectant ou d’eau de javel) avant de nettoyer les sols. De préférence, utiliser l’aspirateur plutôt que le balai. Ne pas utiliser de jets d’eau à haute pression.
lutter contre la présence de rongeurs :
dératiser les habitations situées en forêt ou en bordure de forêt, ainsi que dans les granges, caves, remises… Deux techniques de dératisation peuvent être utilisées : la nourriture empoisonnée pour campagnols et mulots (vendue dans les jardineries) à disposer en tas de 20 à 30 grammes le long des murs et à renouveler tant qu’ils sont consommés, et les pièges (tapettes classiques) appâtés avec un morceau de carotte. Quelle que soit la méthode employée, il est important de manipuler les cadavres et les appâts empoisonnés avec des gants de caoutchouc. Le mieux est ensuite de brûler les cadavres de rongeurs ou de les mettre dans un sac en plastique hermétiquement clos avant de les jeter à la poubelle.
empêcher l’accès des rongeurs dans les habitations ;
éviter de les attirer : protéger les aliments en les rendant inaccessibles aux rongeurs, éliminer les déchets en emballages hermétiques éliminer les abris utilisables par les rongeurs (stockage de bois…).
Pour les personnes susceptibles d’être en contact avec des rongeurs ou leurs excrétions, il est nécessaire de respecter les règles d’hygiène suivantes :
Se laver les mains (eau et savon), systématiquement avant les repas, les pauses, et en fin de journée de travail ;
Laver toute plaie, savonner, puis rincer, désinfecter et recouvrir d’un pansement imperméable, avant de manipuler du bois ou de travailler la terre en bordure de forêt ;
Nettoyer régulièrement les vêtements de travail, gants, bottes.